Retour à la page d'accueil
Historique

Vous découvrirez dans ce chapitre, à travers le temps et l'espace, l'histoire illustrée et l'incroyable carrière du Capitaine Flam des origines jusqu'à aujourd'hui !...

1940-1944

La première aventure du Capitaine Flam sous le nom original de Captain Future fut publiée en 1940 sous la forme d'un magazine Pulp. Aux Etats-Unis, ce terme désignait une petite revue de nouvelles illustrées, très populaire auprès des adolescents, qui comportait à chaque numéro un roman complet. Tout comme d'autres héros de Pulp (voir chapitre Liens), Captain Future eut dès le départ un magazine à son nom qui paraissait tous les trimestres en kiosque au prix bon marché de 15 cents.

Le journal New Yorker du 20 janvier 1940 salua d'ailleurs promptement l'arrivée de ce nouveau magazine par un article fort peu aimable du critique littéraire S.J. Perelman intitulé : "Captain Future, block that kick !". Le journaliste était alors bien loin d'imaginer la carrière que ferait ce personnage par la suite... Cet article a été par la suite réimprimé dans de nombreux documents relatifs au Capitaine Flam.

Le projet initial revient à un certain Leo Margulies, un fameux éditeur de Pulps (notamment "Startling Stories" et "Thrilling Wonder Stories") qui inventa ce héros dans l'idée que Edmond Moore Hamilton (1904-1977), un écrivain sous contrat avec sa maison d'édition new-yorkaise Better Publications, en écrivit les aventures. Ce dernier, passionné de science et d'astronomie, fut l'un des pionniers en matière d'histoires interstellaires, de "Space Opera" (un genre dont il se disputa d'ailleurs la paternité avec le célèbre E.E. "Doc" Smith), de colonisation de l'espace et de voyages en véhicule et scaphandre spatiaux. Voir les deux très bons sites web qui lui sont consacrés à la rubrique Fan Club/Liens.

Leo Margulies annonça l'arrivée du Pulp "Captain Future" en écrivant aux fanzines de SF tels que Le Zombie, qui imprima par ailleurs le courrier adressé à Bob Tucker, son éditeur. Une pièce d'archive qui marque les débuts officiels de la saga du Capitaine Flam, publiée le 28 octobre 1939 dans Le Zombie n°16.

Le premier manuscrit consacré à l'illustre capitaine, de son vrai nom Curtis Newton, date cependant de juin 1939 sous le nom de Mr Future Wizard of Science . Il retrace les origines du célèbre héros de l'espace, tout d'abord à travers l'histoire de ses parents Roger et Elaine Newton (William et Hélène Newton dans le dessin animé français) puis le récit introduit ses acolytes, les trois Futuremen : le robot Grag, l'androïde Otho (Mala dans la version animée française) et le professeur omniscient Simon Wright dit "the Brain" (car on conservera par la suite son cerveau dans une enveloppe métallique). Mais ce récit d'introduction ne plut pas à l'éditeur et ne fut jamais publié. Celui-ci demanda également à Edmond Hamilton de changer le nom de Mr Future en Captain Future.

Jusqu'au printemps 1944, 17 numéros du magazine "Captain Future" vont donc être publiés, comprenant des histoires signées parfois sous le pseudonyme de Brett Sterling : 15 par Edmond Hamilton et 2, écrites en 1942 par l'écrivain Joseph Samachson : Worlds to Come et Days of Creation (et publiées aux printemps 1943 et 1944) alors que Edmond Hamilton est mobilisé sous les drapeaux (nous sommes en pleine Seconde Guerre Mondiale). Finalement exempté, Hamilton reprend la plume jusqu'en 1944.


n°2
Printemps 1940

Calling Captain Future

(La planète noire)

n°7
Eté 1941

The Magician of Mars

(L'univers parallèle)

n°8
Automne 1941

The Lost World of Time
(Départ pour le passé)

n°12
Automne 1942

Planets in Peril

  (Les semeurs de givre)

n°17
Printemps 1944

Days of Creation
écrit par J. Samachson


Annonce du prochain épisode :
The Face of the Deep

(encart extrait de Planets in Peril - Automne 1942)

Annonce du prochain épisode :
Worlds to Come

(encart extrait de The Face of the Deep - Hiver 1943)

En supplément des fictions, on trouvait dans ces magazines 3 rubriques principales : The Worlds of Tomorrow : une description de la planète où se déroulait l'aventure, avec sa carte détaillée, The Futuremen : un portrait complet d'un personnage de la série ou une mini-histoire sur la vie du Capitaine Flam (ces deux rubriques sont à découvrir au chapitre Ouvrages/USA/Pulp) et Under Observation : le courrier des lecteurs auquel répondait non sans humour le vieux "Sergent Saturne". Pour l'anecdote, Edmond Hamilton lui-même écrivit un jour dans cette rubrique un article qu'il intitula "A chat with Future"; le compte-rendu d'un entretien avec son héros ou quand la fiction rejoint la réalité !

Parallèlement, en Suède, la revue de Science-Fiction Jules Verne Magazinet / Veckans Äventyr traduit et publie 11 aventures du Captain Future
sous forme de feuilletons hebdomadaires, Captain Future est appelé Kapten Frank et Curtis Newton est rebaptisé Kurt Nelson.


1941
The Triumph of CF
 (La source de l'immortalité)


 1942 
 Outlaws of the Moon

1943
The Lost World of Time
(Départ pour le passé)

1944
The Comet Kings
 (La comète de Halley)

A cette époque, l'intérêt pour le genre pulp décline, les pénuries de papiers dues à la guerre n'arrangent pas la situation. Les Etats-Unis sont pleinement impliqués dans la guerre et l'heure n'est plus à la distraction. La réalité historique l'emporte sur la fantaisie spatiale. Le Pulp Captain Future s'arrête printemps 1944.

Captain Future apparait aussi en bandes dessinées dès le mois d'avril 1940 dans les différentes revues de Better Publications. Une adaptation relativement fidèle de Captain Future and the Space Emperor intitulée "The Beast Plague from Jupiter" est tout d'abord transcrite dans le premier numéro de Exciting Comics, Captain Future est toutefois rebaptisé Major Mars.

Puis il revient, cette fois-ci avec son véritable nom, dans les magazines Startling Comics et America's Best Comics. Mais, les éditions Better Publications l'ont transformé entre-temps (circonstances obligent) en un super-héros patriotique reconverti à la lutte contre les nazis. Un super-héros à l'apparence plutôt classique, qui n'arrivera guère à détrôner les "stars" de l'époque que sont Batman et Superman, au service desquels Hamilton mettra d'ailleurs ses talents de scénariste (principalement pour le compte des éditions DC Comics).


Avil 1940
The Beast Plague from Jupiter
(L'Empereur de l'Espace)


Juin 1940
The origin of Captain Future

Février 1942
The Construction Company Graft Racket



1945-1949

Le Capitaine Flam revient par la suite dans un autre Pulp : Startling Stories (toujours édité par Better Publications) où il fait trois apparitions sporadiques. Notre héros n'a plus de magazine à son nom, mais fait encore les couvertures, preuve que sa popularité est restée intacte. Edmond Hamilton écrit deux romans : Red Sun of Danger et Outlaw World alors que Manly Wade Wellman rédige The Solar Invasion. L'éditeur abandonne ensuite le héros intergalactique.

A noter que Outlaw World et The Solar Invasion seront également publiés dans l'édition canadienne de Startling Stories (1946, Ed. Publications Enterprises) tandis que Outlaw World apparaîtra dans l'édition britannique (juin 1949, Ed. Pemberton's).


Printemps 1945
 Red Sun of Danger

Hiver 1946
Outlaw World

Automne1946
 The Solar Invasion

En 1947, en Argentine, on retrouve dans la publication mensuelle Hombres del Futuro (Ed. El Tabano) deux nouvelles traduites pour la première fois en espagnol: Star Trail to Glory "Hacia la Gloria por la Ruta de los Astros" (août 1947) et Quest Beyond the Stars (novembre 1947).



Les années 50

Les histoires d'ovnis et d'extra-terrestres reviennent à la mode aux Etats-Unis. Les éditions better Publications exhorte alors Edmond Hamilton à faire revivre son personnage. Les 7 histoires qui vont suivre (rééditées pour certaines d'entre-elles dans l'édition canadienne et britannique de Startling Stories) se déclineront cette fois-ci sous la forme de nouvelles courtes (et non plus de romans complets). Elles feront montre néanmoins d'une réelle maturité littéraire de la part de Edmond Hamilton. Certains affirment d'ailleurs que son mariage en 1946 avec Leigh Brackett, un autre auteur de Science-Fiction à succès, n'y serait pas totalement étranger...


 Janvier 1950
  The Return of Captain Future


Mai 1950
  Children of the Sun

Septembre 1950
The Harpers of Titan

Mai 1951
Birthplace of Creation

La dernière aventure du Capitaine Flam Birthplace of Creation, qui peut être considérée comme la suite de Quest beyond the Stars (Le Créateur Universel), est publiée en mai 1951.


Mai 1951
Annonce par l'éditeur de la fin de la saga Captain Future

(encart extrait de Birthplace of Creation)

Août 1952
Major Venture
and the Missing Satellite

Août 1952 : alors que les fans se désespèrent du retour fort hypothétique de leur héros interplanétaire, Charles E. Fritch écrit dans Startling Stories un pastiche burlesque des aventures de Captain Future sous le titre de Major Venture and the Missing Satellite. D'aucuns auront sans doute reconnu les personnages parodiés : Major Venture et ses trois "Venturemen" : Ergo l'androïde, Crab le robot et "Simple Simon" ou encore, Jane Crandall et le Marshall Abner Burney...



Les années 60

Après la Suède, Captain Future franchit à nouveau l'Atlantique et se fait connaître cette fois-ci auprès du public allemand. 14 romans sont publiés dans les collections Utopia Grossband et Utopia Zukunftsroman avec des illustrations très différentes de celles du magazine américain. Le nom de Captain Future est traduit littéralement par Captain Zukunft.

De mars à novembre 1965, soit du numéro 17 au numéro 23 du fanzine suèdois SF Forum (édité par "The Scandinavian Society for Science Fiction"), Bengt-Olof Ringberg compulse les récits de Captain Future publiés dans la revue Jules Verne (voir Ouvrage/Suède/Pulp).

Au Japon, dès 1966, un homme : Masahiro Noda entreprend pour les éditions Hayakawa la traduction intégrale des oeuvres de Edmond Hamilton. Elles apparaîtront progressivement dans la collection "Science Fiction Series" (3 romans) ainsi que dans leur magazine spécialisé : SF Magazine
. En juillet 1968, une adaptation pour enfants de Star Trail to Glory est publiée dans la collection SF Masterpiece Series (voir Ouvrage/Japon/Livres).

Aux Etats-Unis, entre 1967 et 1968, les éditions Popular Library (fondées par...Leo Margulies !) impriment 13 romans en livres de poche (dont 3 sous un titre différent) ainsi qu'une nouvelle :
The Harpers of Titan en complément du roman "Dr. Cyclops".


Allemagne 
 The Triumph of
Captain Future


 Japon 
  Star Trail to Glory

Japon
Captain Future and the
Seven Space Stones

USA
Captain Future and the
Space Emperor

En 1967, l'américain Robert Jennings écrit "Captain Future : Man of Tomorrow". Le premier dossier (44 pages !) entièrement consacré à l'aventurier de l'espace, publié dans le fanzine de Science-Fiction Fadaway, aujourd'hui introuvable !

En 1968, en Suède, on retrouve dans le fanzine SF Forum deux articles de Bengt-Olof Ringberg
traduits en anglais par "Some untranslated Captain Future novels" et "The space poetry in novels". Puis le fanzine Future Fan (créé par Bengt-Olof Ringberg, qui a également fondé un an auparavant le Fan Club "The Captain Future Society") diffuse entre 1968 et 1969 deux longs dossiers sur Kapten Frank (nom donné au Capitaine Flam en Suède) : "Edmond Hamilton and the laws of nature" (par Bengt-Olof Ringberg) et "Kapten Frank & Jules Verne Magazinet" (par Bo Stenfors).

En janvier 1969, le fanzine américain Nargothrond n°3 propose un article de 10 pages sur la série Captain Future, écrit par Rick Brooks.



Les années 70

En 1970, le quatrième numéro de Future Fan présente à nouveau un long dossier sur le sujet, écrit par Carl-Olof Jonsson (un fan qui correspondit à plusieurs reprises avec Edmond Hamilton et recueillit de nombreuses anecdotes) : "The history of the coming into being of Captain Future novels". Un article qui se prolongea dans le n°5 (février 1971) puis dans le n°6 (novembre 1971) du fanzine suèdois.

Aux Etats-Unis, en 1971, un certain Robert Weinberg écrit trois chapitres sur Captain Future dans un lexique très complet dédié aux héros de Pulps : The Hero Pulp Index (éditions Opar Press). Mais surtout il publie dans le fanzine
Pulp n°3 (été 1971) "An inside look at Captain Future" qui se trouve être un extrait de la correspondance envoyée par Edmond Hamilton lui-même à Carl-Olof Jonsson. Les lecteurs apprennent les débuts (douloureux) de l'écriture de Captain Future en découvrant l'existence d'un premier manuscrit daté de juin 1939 qui fut refusé par l'éditeur, mais qui "historiquement" reste comme les premières pages jamais écrites sur le Capitaine Flam. Ce document exceptionnel (en anglais) est accessible sur le site de Larry Estep : Pulpgen/Edmond Hamilton.

Robert Weinberg sera également l'auteur, l'année suivante, de l'article "Pulps, an era of adventures : Captain Future" paru au sein du magazine Rocket Blast Comic Collector n°88
.
Puis, c'est au tour de Ron Goulart d'écrire plusieurs pages sur le Capitaine Flam dans le livre Cheap Thrills : An Informal History of Pulp Magazines (éditions Arlington House), réimprimé en 1973 aux éditions Ace Books .

Cette même année 1972, on retrouve
Pardon my Iron Nerves dans le premier volume de la publication japonaise Space Opera Meizaku-sen (Anthologie du Space Opera) puis en 1975, la Corée découvre à son tour les récits du Capitaine Flam.

Mais, c'est sans conteste au Japon que les Pulps vont connaître leur plus grand succès puisque les 20 romans seront traduits et publiées par les éditions
Hayakawa dans la collection Bunkos SF et ce, jusqu'en 1982. C'est d'ailleurs cet énorme succès en librairie qui sera à l'origine de son adaptation pour la télévision, en dessin animé, dès 1978.

Parallèlement, les textes des romans Calling Captain Future et
The Lost World of Time sont réécrits pour des collections pour enfants dédiées à la Science-Fiction (respectivement en février 1973 et décembre 1978).


 Japon 
   Worlds to Come


Pays-Bas
Captain Future and
the Space Emperor

France
 The Harpers of Titan

Italie
Outlaw World

En Europe, les nouvelles de E. Hamilton font quelques débuts confidentiels : tout d'abord en 1975 en Suède et au Pays-Bas où sont respectivement édités en livre de poche Quest Beyond the Stars et Captain Future and the Space Emperor puis en Italie avec les traductions de The Magician of Mars (1977) et Outlaw World (1978).

Aux Etats-Unis, Birthplace of Creation réapparait dans l'ouvrage Starwind: Science Fiction & Fantasy Vol.2 (The Starwind Press, août 1976).

En France, on trouve pour la première et unique fois un récit du Capitaine Futur (éh oui, notre héros ne s'appelle pas encore Capitaine Flam !!!) publiée en avril 1977 au sein de l'anthologie "Les meilleurs récits de Startling Stories" : Les Harpistes de Titan, traduction littérale de la nouvelle The Harpers of Titan. Ce "Pulp français" reste une vraie curiosité dans la mesure où cette nouvelle fait partie de celles qui n'ont pas été adaptées par la suite en dessin animé.

Calling Captain Future est édité à Taïwan (Ed. Kao-hsiung Shih, 1977) puis en Chine (1978).

Le 1er février 1977 : Edmond Hamilton meurt sans avoir pu admirer son célèbre personnage adapté à l'écran. Il laisse derrière lui une oeuvre considérable de plusieurs centaines d'histoires dont un "Best-Seller" international : The Star Kings (Les Rois des Etoiles) bien connu des amateurs de littérature SF puisqu'il inspira George Lucas dans l'écriture de La Guerre des Etoiles. Le 23 février 1977 le quotidien suèdois Dagens Nyheter fait paraître un entrefilet en hommage à l'écrivain défunt que l'on peut traduire par : "Edmond Hamilton est mort mais Captain Future est toujours vivant" (en faisant référence à la prochaine adaptation en dessin animé). L'auteur, Anders Palm, ne croyait pas si bien dire !...

Et c'est donc en novembre 1978 (jusqu'en décembre 1979) que le héros de Edmond Hamilton débarque à la télévision japonaise sous la forme d'un dessin animé produit par la maison de production Toêi Animation. La réussite est totale. En tout, 13 histoires réparties en 52 épisodes et un téléfilm vont être réalisés par Tomoharu Katsumata en respectant assez fidèlement les personnages et les scénarios imaginés par Edmond Hamilton. D'ailleurs, tout comme dans les romans originaux, le dessin animé est entrecoupé de passages "éducatifs" (explications scientifiques, description des planètes...) Ainsi, par la magie de l'animation, le Capitaine Flam recouvre une nouvelle jeunesse qui va le propulser vers de nouveaux sommets de popularité.


Image extraite du dessin animé "Le Secret des 7 Pierres"


La scène originale dans le Pulp "Captain Future and the 7 Space Stones"

Quelques mois précédant la sortie en dessin animé, un magazine japonais pour adolescents du nom de Popeye faisait encore référence au héros "Pulp" dans le cadre d'un grand dossier illustré intitulé "The American Supreme Superheros" publié le 25 avril 1978 (cliquez sur le lien pour découvrir la page du magazine). La revue Gekkan-Shonen publiait quant à elle trois bandes dessinées mettant en scène les Futuremen dans un style "manga" très éloigné de l'esprit de l'oeuvre originale. Voir la rubrique Ouvrages/Japon/BD.

Notons enfin qu'en 1979, Jeremiah B. Post, dans un chapitre de son recueil An Atlas of Fantasy
(Ed. Ballantine), s'intéresse aux lieux visités par le Capitaine Flam. Ce dossier, titré "The Worlds of Captain Future" offre la particularité d'avoir reproduit les cartes des planètes présentées dans la rubrique "The Worlds of Tomorrow" des Pulps "Captain Future" et "Startling Stories". Vous pouvez d'ailleurs découvrir ces fameuses cartes dans le chapitre Lieux.



1980-1981

Le dessin animé japonais arrive aux Etats-Unis, au Canada, en Europe et en Amérique Latine. Le genre "Space Opera" et les héros de l'espace sont alors au sommet de leur gloire dans tous les médias. Au cinéma, dans la mouvance de Star Wars, Flash Gordon et autres Star Trek comme à la télévision: Buck Rogers, San Ku kai, Galactica, Cosmos 1999, etc.. En dessin animé aussi, les héros de l'espace (Goldorak, Albator...) ont la cote.

Le Capitaine Flam, peut-être grâce à des scénarios plus élaborés, menés comme des enquêtes policières, connait un franc succès en Allemagne, en France et en Belgique (notamment grâce à un générique d'anthologie) ainsi qu'en Espagne et en Italie, sous le nom de Capitan Futuro.


 Janvier 1981
"Capitaine Flam : Le dernier né des super héros"
(France - Télé Junior)

 Janvier 1981
"Arriva Capitan Futuro"
(Italie - TV Sorrisi e Canzoni)

En France, 13 épisodes vont être programmés à la télévision, à partir du 7 janvier 1981, dans l'émission "Les Visiteurs du Mercredi" tous les mercredi après-midi à 15H00 sur TF1 (adapté et distribué par IDDH, qui a acheté les droits auprés de Toêi Animation). Ce feuilleton marquera toute une génération qui, aujourd'hui encore, connait par coeur la bande originale. De multiples figurines, jeux, jouets et produits dérivés témoigneront de cette popularité.


Capitaine Flam "robot"

Capitaine Flam et Johann "flexibles"

Les "3 héros"


En Allemagne, l'éditeur Bastei Lubbe profite de ce succès pour réhabiliter auprès du grand public les aventures originales écrites par Edmond Hamilton. Il choisira de publier 15 romans de Captain Future traduits avec des titres différents et illustrés de façon plus moderne.


CF and the Space Emperor
 (L'Empereur de l'Espace)


 Calling Captain Future
(La planète noire)


Captain Future's Challenge
(Les cinq mines de gravium)


The triumph of CF
 (La source de l'immortalité)

En marge du phénomène télé, il est important de signaler qu'en 1980, à l'occasion de son quarantième anniversaire, le premier récit Captain Future and the Space Emperor réapparaît en Suède traduit et réimprimé dans son format original "Pulp".

Cette même année, au Japon, est publié un formidable guide illustré (60 p. environ) qui détaille les villes, les habitants, la faune et la flore de toutes les planètes visitées par le héros de l'espace : The World of Captain Future, réimprimé (et remis à jour) en 1990. Notons qu'en 1983 ce guide se présente sous la forme d'un "Who's Who" répertoriant l'intégralité des personnages, héros, ennemis et monstres rencontrés par le Capitaine Flam au cours de ses missions.


1980

1983

1990

En Allemagne, en France puis en Italie, le Capitaine Flam poursuit sa carrière en bande dessinée. Plus d'une centaine d'histoires vont être imaginées et publiées dans différents formats, notamment en France Le journal de Capitaine Flam, un magazine mensuel avec notamment un courrier des lecteurs dans lequel le capitaine lui-même répond à ses jeunes fans (une question récurrente étant pourquoi il ne se marie pas avec Johann !). Les scénarios, très enfantins, n'ont bien sûr rien à voir avec ceux de Edmond Hamilton (hormis la première histoire librement inspirée de Captain Future and the Space Emperor) mais ils ont au moins le mérite de prolonger le rêve dans les petites têtes blondes...

Au Japon, le succès planétaire du dessin animé invite naturellement les magazines spécialisés Animage et MyAnime à parler de Captain Future et des coulisses de la réalisation, respectivement en janvier 1980 et juin 1981. Animage n°17 avait déjà consacré un dossier spécial "Hot Preview" en novembre 1978 présentant en avant-première la série.

Lire : PDF
Dossier Animage
Pour lire cet article vous devez posséder Acrobat Reader.
Pour télécharger: clic droit + Enregistrer la cible sous...


Italie
Paroles de la chanson + poster

Corriere dei Piccoli n°10
Ed. Corriere della Serra


Japon
Dossier "Hot Preview"
Animage n°17
Ed. Tokuma Shoten


 Japon
Dossier "Captain Future"
MyAnime n°3
Ed. Akita

Aux Etats-Unis, remarquons également les articles : "TV Animation in Japon" dans Fanfare n°3 qui commente l'adaptation des romans en anime (Fred Patten, printemps 1980), "Captain Future, Paperback Readers Guide & Checklist" dans Collecting Paperbacks n°5 (Bruce Cervon, novembre 1980) et enfin "Wizard of Science, The Man of Tomorrow : Captain Future" dans Lettered Observations and Cosmic Comments (David Bates, printemps 1981).



1982-1989

Au Japon, Captain Future apparaît dans le manga Uchu-Eiyu-Monogatari, une série en 8 volumes sous-titrée en anglais "The Future-Retro Hero Story" qui fait renaître quelques anciennes gloires de la Science Fiction (réalisée par Takehiko Ito) tandis que le fanzine Battle Formation n°4 compile une très impressionante collection de données (croquis, model-sheets...) sur la réalisation du dessin animé par Toêi Animation.

En 1987, c'est au tour de Kahlon (Ur Kuorun en japonais) de réapparaître dans une bande dessinée parodique de 46 pages intitulée
Chosen ! Taiyokei-no Haji-Sarashi (que l'on peut traduire par "Défi ! Le Système Solaire est deshonoré").


1984

Uchu-Eiyu-Monogatari
"The Future-Retro Hero Story" Vol.8
Ed. Kadokawa Shoten

"The Collection of Setting Data
about Captain Future"
Battle Formation n°4
Ed. Group Neko

juillet 1987
Chosen! Taiyokei-no Haji-Sarashi
Ed. Saiko Furaito

En France, quelques épisodes du dessin animé vont être rediffusés à la télévision, d'abord en 1987 dans l'émission pour enfants "Graffi 6" de la nouvelle sixième chaîne, puis en 1988, à nouveau sur TF1 dans l'émission "Club Dorothée". Pour l'occasion, une deuxième version du générique interprétée par Bernard Minet (le chanteur phare des émissions jeunesse de l'époque) est créée mais ne supplantera jamais dans le coeur des fans la version originale (pour preuve : personne ne s'en souvient !).

Le "Film" La course à travers le Système Solaire
inédit à la télévision (en fait une adaptation du roman Star Trail to Glory sortie au Japon sous forme de téléfilm) est édité en cassette VHS. C'est une grande déception : on ne retrouve là ni les musiques ni les voix du légendaire dessin animé de 1981. De plus, la pauvreté des dialogues et d'une façon générale, la médiocrité du doublage, affectent de beaucoup la qualité de cette production (rééditée en 1997).

Aux Etats-Unis, le héros "Pulp" est cité dans de nombreuses compilations et anthologies de Science-Fiction : ainsi, un chapitre lui est consacré dans Encyclopedia of Superheroes (Jeff Rovin, Ed. Facts on Files, 1985) ainsi que dans Science Fiction, Fantasy and Weird Fiction Magazines (Marshall B. Tymm & Mike Ashley, Ed. Greenwood, 1986) et Amazing Pulp Heroes (Frank Hamilton & Link Hullar, Ed. Gryphon Publications, 1988, réédité en 1996).

Notre héros fait aussi l'objet d'articles dans les fanzines Golden Perils n°2 "Captain Future Discovered !" écrit par Howard Hopkins (en 1985) et Wordsmith n°8 The Pulp File : "Man of Tomorrow" rédigé par Don Hutchinson (en 1987).

En novembre 1986, Chuck Juzek compare les deux héros "Pulp" Captain Future et Doc Savage dans son article "There was a time" publié dans Golden Perils n°7
. Les pages centrales du fanzine sont des illustrations de Jim Garrison, à découvrir dans Fan Club/Fan Art. Cet article a été par la suite réimprimé dans Paperback, Pulp and Comic Collector n°5 (1992) et Pulp Heroes of the Thirties (Ed. Midnight Graffiti Publications, 1994, réédité en 1997)

En 1987 et 1988, on retrouve Captain Future dans deux numéros de la revue Astro-Adventure : "Captain Future vs the Old Ones" et "Captain Future, Yersterday's Man of Tomorrow". Ces articles avaient d'abord été publiés en 1983, respectivement dans Fantasy Mongers n°8 et The Comics Buyer's Guide n°521. L'auteur, Will Murray, a également signé une chronique intitulée "The Once & Captain Future" dans le n°115 du magazine américain de SF Starlog.

Enfin, en 1989, citons l'ouvrage Deadly Excitements : shadows & phantoms
, un recueil des meilleurs écrits de Robert Sampson, qui inclut "Glory Days with the Ace of Space", un article sur le Capitaine Flam déjà paru dans Weekly Express et Skyrack n°17 en 1975.

Retour en Europe, plus exactement en Grèce, où un certain Jim Hanos (Scarab Publications) imprime en 1987 un fac-similé de Magic Moon tandis que les éditions Sympan / Lyxnari traduisent en 1989, pour la première fois en grec, Captain Future and the Space Emperor et Quest Beyond the Stars (traduits respectivement par Jenny Mistraki et Anna Papadimitriou).



Les années 90

Pour l'anecdote 1990 est, dans les romans, l'année de naissance de Captain Future (l'histoire a été écrite en 1939, et donc 1990 c'était le futur !!!). Mais c'est aussi l'année du 50ème anniversaire de sa première publication (en 1940). Pour ce double évènement, le Fan Club japonais "Space Force", déjà auteur du guide The World of Captain Future, organise à Tokyo une grande soirée commémorative : The Captain Future Convention au cours de laquelle une copie du roman Captain Future and the Seven Space Stones ainsi que leur fameux guide (remis à jour) sont distribués aux participants.

Le fanzine japonais Paradox n°29 (15 juillet 1990) commémore aussi l'évènement par une édition spéciale comprenant notamment un interview de Masahiro Noda, l'homme qui a fait connaître Captain Future au Japon.

Toujours au Japon, à partir de 1991, les éditions TDSF ont la très bonne idée de réimprimer une série intitulée Captain Kamikaze (Kamikaze-Taicho), en réalité un pastiche de Captain Future réalisé pendant la Seconde Guerre Mondiale par un certain Edomon Harumi. Adaptés à la circonstance (les Etats-Unis et le Japon sont en guerre), les héros sont japonais mais n'en restent pas moins très inspirés des personnages originaux hormis peut-être l'homologue de Simon Wright qui n'est pas un cerveau volant mais un vieux sage à la barbe blanche. Cette collection constitue l'une des plus grandes curiosités de l'univers connexe au Capitaine Flam.


1991
N°1 : Kyofu-no Kasei-Tekkamen
(Martian Iron Mask of Horror)


1992
N°2 : Uchu-Tenguto-no Kyoi
(Menace of Long-Nosed Space Goblin Party)


1995
N°3 : Tenkai-no Biki
(Beautiful Princess of Space)


2001
N°4 : Kurayami-no Majin
(Devil Man in the Darkness)

Aux Etats-Unis, on remarque dans le fanzine Echoes n°52 un article écrit par Jerry Page "The writers of Captain Future" et dans les pages centrales de Golden Perils n°15 deux illustrations de Joan Randall réalisées par Ron Wilber (voir la rubrique Fan Club/Fan Art) .

Nick Carr (sous la plume de Dickson Thorpe) compose successivement les biographies du Professeur Simon, de Ezla Garnie et du Capitaine Flam au travers des articles : "The brain that lives in a box, the story of Simon Wright"
(paru dans le fanzine Pulp Vault n°9 en octobre 1991), "The old man from space, the story of Marshal Ezra Gurney" (dans The Pulpster n°4 en 1994) et enfin "Captain Future" (dans The Secret Sanctum n°6 en 1998).

En Russie, la fin de la guerre froide et le passage à un régime démocratique favoriseront l'essor des romans américains de Science-Fiction dans ce pays. Quelques éditeurs vont naturellement s'intéresser au Captain Future. Entre 1990 et 1998, 9 romans et nouvelles vont être traduites et publiées dans des anthologies consacrées à Edmond Hamilton puis, dans des recueils qui seront entièrement dédiés au héros de l'espace.


1993
Calling Captain Future
Captain Future's Challenge
Quest beyond the Stars


1994
The Magician of Mars
The Triumph of CF
Captain Future's Challenge
Quest beyond the Stars


1997
Outlaw World
Calling Captain Future
Outlaws of the Moon


1998
Captain Future's Challenge
Calling Captain Future
Quest beyond the Stars

En 1992, Howard Hopkins rédige "Space Maiden" dans Golden Perils n°20 et aborde le personnage de Joan Randall. Philippe Rey, quant à lui, écrit un article très intéressant (en anglais) intitulé "Captain Future in Europe" dans la revue britannique Paperback Pulp and Comic Collector n°6 où il commente la série télévisée (et principalement la version française) en faisant le parallèle avec l'oeuvre originale. Ces deux auteurs ont également signé dans le fanzine Echoes : le premier, dans Echoes n°50, prend pour thème la "Fontaine de Vie" découverte dans le roman The Triumph of Captain Future et nomme son article "The Youth Makers", le second explore dans Echoes n°92 (avril 1997) la psychologie du Capitaine Flam dans une chronique abilement titrée "Pardon his Iron Nerves".

En 1993, une version techno du générique français, interprétée par le groupe Pleasure Game, fait fureur dans les boîtes de nuit.

Un an plus tard, en Allemagne, l'intégralité des musiques du dessin animé créées par Christian Bruhn est remasterisée en CD. Les fans de la première heure (qui ont bien grandi) se précipitent dans les bacs.

Aux Etats-Unis, la revue mensuelle Hidalgo fait paraître, dans deux de ses numéros, des articles rédigés par Brian Earl Brown : "Captain Future Man of Tomorrow" (n°28, janvier 1994) et "Captain Future : the Novelettes" (n°36, janvier 1996).

Décembre 1994 : AnimeLand n°16 (à cette époque encore simple fanzine) édite un dossier de 8 pages sur le Capitaine Flam. Cet article, malgré quelques remarques pertinentes, apparaît aujourd'hui très approximatif, en particulier en ce qui concerne les origines du héros car les auteurs ont extrapolé à partir de la seule nouvelle traduite en français Les Harpistes de Titan (voir la rubrique Ouvrages/France/Pulp). Malheureusement, celle-ci n'est guère représentative, s'agissant d'un essai davantage d'ordre existentiel (comme la plupart des nouvelles courtes écrites par Hamilton). Cependant, en dépit d'un bon nombre d'erreurs, il s'agit bien là de la première fois qu'un tel document sur l'origine et la carrière du Capitaine Flam est publié en français.

Lire : PDF
Dossier AnimeLand
Pour lire cet article vous devez posséder Acrobat Reader.
Pour télécharger: clic droit + Enregistrer la cible sous...

En 1995, Don Hutchinson écrit un ouvrage de 276 pages entièrement consacré aux différents personnages qui ont fait la gloire du genre Pulp : The Great Pulp Heroes, aux éditions Mozaïc Press. Y figure en bonne place le célèbre Captain Future de Edmond Hamilton, dans un chapitre intitulé "Calling Captain Future" (un document déjà publié dans Pulp Vault n°5 en 1989).


été 1992

"Captain Future in Europe"
Paperback Pulp and
Comic Collector n°6

août 1995
"Calling Captain Future"

The Great Pulp Heroes
Ed. Mozaïc Press

août 1997
"Wizard of Science : Captain Future"
Varied Vol.7
Ed. SF-no Kai

Toujours en 1995, l'écrivain américain Allen Steele écrit une suite (et une fin !) à la saga appellée The Death of Captain Future. Cette dernière reçut le prix "Hugo" en 1996, récompensant la meilleure nouvelle de Science-Fiction, et n'en demeure pas moins un formidable hommage posthume à Edmond Hamilton. Ce récit a été traduit par la suite en Italie dans la publication Grandi Opere n°33 des éditions Nord puis en France dans la revue trimestrielle Bifrost n°16 des éditions du Bélial, respectivement en novembre et décembre 1999.

Au Japon, les éditions Hayakawa rééditent 5 des aventures originales publiées dans les années 70 (avec de nouvelles illustrations). Une nouvelle génération découvre donc ce héros qui, décidément, connait une longévité de carrière assez surprenante !!
         


mars 1995
Calling Captain Future
(La planète noire)


mars 1995
Captain Future's Challenge
(Le
s cinq mines de gravium)


mars 1995
The Magician of Mars
(L'univers parallèle)


septembre 1995
Star Trail to Glory
(La course à travers le Système Solaire)

En Grèce, Jim Hanos publie à nouveau pour The Athenian Reader's Club (Scarab Publications) des fac-similés du magazine Pulp (non traduits). Outlaw World (en 1996) et Outlaws of the Moon (en 1997) vont donc être réimprimés pour le public hellène plus de cinquante ans après !!!

Dans le même esprit nostalgique, entre 1996 et 1997, Thrilling Novels un petit fanzine américain spécialisé dans la réédition des nouvelles des années 40/50 va également réimprimer 8 romans et nouvelles directement issues des Pulps originaux (en conservant les illustrations d'époque).

En 1996, un premier site internet (allemand) : www.captainfuture.com consacre le héros de l'espace. Il sera suivi par surf.to/captainfuture ("Captain Future Masterpage"), un autre site allemand assez complet, proposé en langue anglaise dont l'auteur Markus Kesselring est aussi l'un des organisateurs des premières "Movie Nights" à l'université de Wurtzbourg en Allemagne (voir la rubrique Fan Club/Liens).

Mike Chomko écrit un dossier en deux parties intitulé "Some speculations on the Captain Future Novelettes" publié dans le fanzine Purple Prose n°5 et Purple Prose n°8.

En 1997, le fanzine japonais Varied n°7 se voit entièrement dédié au Capitaine Flam. Titré "Wizard of Science : Captain Future", il traite aussi bien de l'adaptation animée que des aventures originales. On y trouve également des articles publiés dans les journaux et magazines japonais à l'époque de la diffusion du dessin animé à la télévision.

Ray Capella rédige "A Captain Future Illo", publié dans le fanzine américain Echoes n°91 tandis que Captain Future est mentionné (un très bref descriptif) dans le manuel Hero Pulp Index écrit par William Thom aux éditions Fading Shadows.

En 1998, Chuck Juzek écrit quant à lui un véritable guide sur le Capitaine Flam : Captain Future Handbook (éditions Secret Sanctum, réédité en 2001 chez Wild Cats Books). Ce livre demeure l'ouvrage de référence pour tous les fans du Capitaine Flam !

Cette même année, le fanzine Aces n°10 imprime deux articles consacrés au Captain Future : "Planets in Peril : Featuring Captain Future" par Jerry Page et "The Paperback History of Captain Future" rédigé par Tom Roberts. Ces deux ouvrages ont en commun le même illustrateur : Paul McCall (voir la rubrique Fan Club/Fan Art).


1998
Captain Future Handbook
Ed. Secret Sanctum

Printemps 2001 (réédition)
Captain Future Handbook
A Pictorial History & Reference Guide
Ed. Wild Cat Books

1998
"Planets in Peril: Featuring
Captain Future
"

"The Paperback History of
Captain Future
"

En Allemagne, sort un album intitulé "The Final", tout en musique électronique (seuls les amateurs apprécieront...) entièrement dédié à Captain Future. Il est l'oeuvre de Phil Fuldner.

La première Movie Night (projection du dessin animé sur grand écran) est organisée à l'université de Wurtzbourg dès 1999. Cette initiative regroupe plus de 300 participants venus revivre les exploits du héros de leur jeunesse. 5 movienights vont être organisées par la suite...

En France, Manga Distribution propose les 13 "voyages" de la série TV (produits par IDP) en K7 vidéo et en DVD. Un coffret DVD "discount", sans bonus, comprenant les 13 voyages + le film "La course à travers le Système Solaire" voit également le jour (par LCS).


L'Empereur de l'Espace
(Captain Future and the Space Emperor)


Les cinq mines de gravium
(Captain Future's Challenge)


Départ pour le passé
 
(The Lost World of Time)


Le Créateur Universel
(Quest beyond the Stars)


2000-2005

Après celui publié dans le premier numéro du fanzine Flashback TV, on retrouve un autre dossier complet sur le Capitaine Flam dans le Catalogue Manga Distribution n°4 (avril 2000) où est détaillée la genèse de la série depuis le premier magazine pulp "Captain Future" jusqu'au succès de la série animée. On y trouve aussi des notes intéressantes sur l'auteur Edmond Hamilton. Cet article contient malencontreusement de très nombreuses erreurs et confusions.


Dossier Capitaine Flam
Flashback TV n°0


Dossier Capitaine Flam
Catalogue Manga Distribution n°4

Aux Etats-Unis, Fading Shadow réimprime régulièrement dans son mensuel Action Adventures Stories des aventures de Captain Future : Star Trail to Glory (juillet 2000), The Lost World of Time (décembre 2000), The Face of the Deep (mars 2001), The return of Captain Future (mai 2001), Magic Moon (septembre 2002).

En Italie, les éditions
Perseo Libri traduisent 2 nouvelles jamais adaptées à la télévision : Moon of the Unforgotten et The return of Captain Future au sein des numéro 50 (août 2001) et 54 (mai 2002) de leur publication spécialisée en Science-Fiction : Nova SF.

En 2002, au Japon, sortie d'un double CD (16+23 morceaux) "Captain Future Original Sound Tracks" reprenant l'intégralité des musiques et chansons originales du dessin animé nippon. Un must pour tous les fans de la série ! Les meilleurs morceaux sont d'ailleurs proposés en téléchargement dans les rubriques Musiques/Japon et Musiques/Musiques de fond.


Japon
Captain Future

Original Sound Track
Nippon Columbia


France
Remix 2002
Warner Music France

France
Chantal Goya

Universal Licensing Music

En France, sortent deux nouveaux CD à la gloire du Capitaine Flam: un single "remix" comprenant le générique "La chevauchée du Capitaine Flam" en version techno ainsi qu'une version interprétée par Chantal Goya, qui n'est autre que l'épouse de Jean-Jacques Debout, le créateur de la chanson originale (voir la rubrique Musiques/France).

En avril 2002, Takuo Noda (un des deux dessinateurs attitrés du dessin animé avec Toshio Mori, en charge des personnages) participe au salon Cartoonist 2002 à Toulon. Un évènement pour tous les fans français venus se faire dédicacer des croquis du Capitaine Flam.

Le premier numéro du bi-mensuel Les dossiers du Manga (Mai-juin 2002) consacre un dossier complet sur la "Génération Albator" et publie un article sur le Capitaine Flam.

Après TF1 et M6, le dessin animé refait son apparition à la télévision française, cette fois-ci sur France 3, à partir du 1er juillet 2002, malheureusement diffusé entre 01H00 et 02H00 du matin !!! A ce sujet, lire l'article de France Soir "Toujours dans notre galaxie" du 27 août 2002.

Septembre 2002 : mise en ligne de mon site internet www.capitaineflam.free.fr. Une entrée remarquée sur le web, puisque le 4 septembre 2002 la radio belge Radio Contact le consacre "Site du jour" dans l'émission "Contact.Net" de Michaël Pachen. Cette émission peut toujours être écoutée sur le site www.radiocontact.be (rubrique Emissions/Contact.Net/Archives).

Mardi 1er octobre 2002 : où l'on apprend dans l'émission "80 à l'heure" sur M6, dans un sujet de 4"30 mn consacré au Capitaine Flam que Takuo Noda se serait inspiré de l'acteur américain Robert Redford pour le visage du Capitaine Flam ! L'émission fait également un parallèle original entre les aventures du Capitaine Flam et "2001: l'odyssée de l'espace" de Stanley Kubrick et les romans d'Agatha Christie. A titre d'information, les auteurs de ce reportage ont puisé leurs sources (et notamment les images) sur les origines du Capitaine Flam à partir de ce site. Ce qui ne leur a pas empêché de commettre quelques erreurs (par exemple, Edmond Hamilton n'est pas anglais mais américain !).

Regarder : ASF
Reportage M6
Pour visionner ce film vous devez posséder un lecteur video de type Windows Media Player.
Pour télécharger: clic droit + Enregistrer la cible sous...

Les annéees 80 reviennent décidément à la mode ! Deux éditeurs : Manga Distibution et Universal surfent sur la vague de la nostalgie en sortant bimensuellement chez les marchands de journaux leurs DVD de séries animées cultes (dont bien entendu celle du Capitaine Flam), respectivement dans la collection Les séries de votre enfance et Mes Héros 80. Chaque DVD est accompagné d'un fascicule résumant les épisodes. Pour promouvoir sa collection, Universal engage même une campagne publicitaire à la radio et à la télévision où l'on entend à nouveau le générique du Capitaine Flam !!!

Novembre 2002 : nouvelle sortie en vidéo. Cette fois-ci l'intégrale du Capitaine Flam est couplée avec celle d'un autre capitaine de l'espace : Albator, dans un double coffret DVD "Le Best Of".

Le magazine Les dossiers du Manga dédie son numéro 4 (déc.2002/janvier 2003) aux voyages dans le temps dans les dessins animés. L'occasion de consacrer une page entière au Capitaine Flam et à l'aventure Départ dans le passé, adaptation du roman original The Lost World of Time. Le chroniqueur fait aimablement référence à mon site !


Décembre
2002 - Janvier 2003
Dossier : Les voyages dans le temps
Les dossiers du Manga n°4

Edmond Hamilton
Weltenzerstörer und Autor von
Captain Future

SF Personality n°13

Eté 2003
The Captain Future Handbook
A Pictorial History & Reference Guide
Ed. Wild Cat Books

Ce début d'année 2003 voit la publication d'une nouvelle étude sur Edmond Hamilton, réalisée par Hardy Kettlitz, qui comprend 60 pages traitant plus particulièrement de l'adaptation littéraire de "Captain Future" en Allemagne : Edmond Hamilton  Weltenzerstörer und Autor von Captain Future, disponible sur le site www.amazon.de.

Les éditions Wild Cat Books réimpriment une nouvelle version mise à jour du Captain Future Handbook, un recueil illustré de 210 pages (en noir et blanc) compilé par Chuck Juzek.

Août 2003 : en France, un DVD produit par
Ben J Productions intitulé Le DVD Collector sort chez les marchands de journaux. Il comprend le film "La course à travers le Système Solaire" et les 4 derniers épisodes de la série animée (mais aucun bonus).

En octobre 2003, au Japon, c'est le grand retour du Capitaine Flam avec la publication dans la série Adventure Fantasy Masterpiece Collection du roman
The Lost World of Time (Départ pour le passé). Une réédition d'un livre pour enfants de 1978 avec de nouvelles illustrations intérieures à découvrir rubrique Ouvrages/Japon/Livres. Mais il est bien difficile de reconnaître nos héros tant les personnages ont évolué graphiquement...

Tous les fans allemands l'attendaient, Amazon.de l'a fait : édition en DVD de la série télé, plus de 23 ans après sa première diffusion en Allemagne. Cette collection comprend notamment en bonus le film "La course à travers le Système Solaire" en VO sous-titrée.


Allemagne
DVD collection 1


Allemagne
DVD collection 2

Allemagne
Back in Space

Toujours en Allemagne, le bien nommé Captain Future Orchestra remixe 6 morceaux tirés de la bande originale allemande dans une compilation intitulée "Back in Space". Voir la rubrique Musiques/Allemagne.

La sortie en DVD relance l'intérêt de la série dans les revues allemandes spécialisées : on trouve ainsi des articles sur le Capitaine Flam dans AnimeDVD n°5 (octobre 2003), Manga sZene N°18 (novembre 2003) et Animania (décembre 2003 et janvier 2004).
Le magazine Manga sZene, en particulier, lui consacre un numéro spécial avec un dossier de 6 pages (à télécharger ci-dessous au format PDF).

Lire : PDF
Dossier Manga sZene
Pour lire cet article vous devez posséder Acrobat Reader.
Pour télécharger: clic droit + Enregistrer la cible sous...


Octobre 2003
Captain Future :

Ein strahlender Held mit
Macho-Allüren

AnimeDVD n°5

Novembre 2003
Grosses Captain Future
Special Feature

Manga sZene n°18

Avril 2004
Génération Goldo

Coyote Hors-Série n°2

Décembre 2003 : le Site du Capitaine Flam est consacré "Site du mois" par le prestigieux mensuel informatique SVM. Cliquez sur le lien pour découvrir la page du magazine.

A partir de février 2004 les fans italiens peuvent à leur tour regarder les aventures du "Capitan Futuro" en VHS ou DVD grâce à Mondo Home Entertainment. Voir la rubrique Vidéos/Italie.

Le magazine Coyote publie en avril 2004 un hors-série dédié à la "Génération Goldo" comprenant un dossier de 4 pages sur Capitaine Flam. Outre une présentation de la série, on y trouve un article amusant intitulé "Flam est-il prétentieux ?" qui souligne avec justesse certains aspects de la personnalité du héros, un article sur la voix-off et 2 "fan arts" : une courte bande dessinée humoristique et une carte postale à découper (à retrouver rubrique Fan Art).

Aux Etats-Unis, on retrouve Captain Future dans une encyclopédie répertoriant plus de 100 héros et vilains de Pulp : The Pulp Hero - Special Edition (éditions Wild Cat Books). Ecrite par Nick Carr, elle comprend également tous les articles de ce prolifique "historien" des pulps.

L'été 2004 voit la réédition en Italie d'une aventure originale de Captain Future par les éditions Perseo Libri qui traduisent Pardon my Iron Nerves dans leur publication Nova SF n°63.


2004
The Pulp Hero - Special Edition

Ed. Wild Cat Books

2004 - 2006
The Complete Captain Future

Ed. Tokyo Sogensha

Juillet 2005
Captain Future, Man of Tomorrow

Ed. Pulpville Press

Mais la grande nouvelle vient du Japon avec, à partir du mois d'août 2004, la publication des 27 récits. En tout, 10 livres contenant 2 romans originaux + une compilation des 7 nouvelles. Cette collection intitulée The Complete Captain Future est éditée par Tokyo Sogensha.

Juillet 2005 : Captain Future est réédité aux Etats-Unis, près de 37 ans après sa dernière apparition en livre de poche (en 1968), dans un ouvrage qui réunit les 7 nouvelles de l'ère "Startling Stories". Captain Future Man of Tomorrow, publié aux éditions Pulpville Press, est un véritable événement pour tous les fans anglophones qui se désespéraient de dénicher les oeuvres originales.

Dimanche 18 septembre 2005 : le Capitaine Flam revient à la télévision française ! La chaîne thématique Ciné Cinéma Famiz diffuse, pour la première fois sur les ondes, le film La course à travers le Système Solaire.

La Télé Numérique Terrestre (TNT) arrive en France et, depuis la rentrée 2005, deux chaînes diffusent l'intégralité de la série : TMC (diffusion d'un épisode par jour à 6H30) et France 4 (épisodes également diffusés tous les jours à 18H00).

Regarder : AVI
Bande Annonce France 4
Pour visionner ce film vous devez posséder un lecteur video de type Windows Media Player.
Pour télécharger: clic droit + Enregistrer la cible sous...


Au niveau des sorties musicales, signalons l'album El regreso de los robots du chanteur chilien Memo Aguirre qui comprend notamment les deux génériques en espagnol (ceux de début et de fin) : "Capitan Futuro" et "Capitan Futuro al rescate". Ce dernier a d'ailleurs été recyclé sur un 33t. français de Goldorak sous le titre "La Ballade d'Actarus", interprété par Lionel Leroy. Rien d'étonnant quand on sait qu'il s'agit du même compositeur : Shuki Lévy.

Jean-Pierre Savelli, bien connu pour ses interprétations des génériques de X-Or, Il était une fois l'espace, Goldorak et Albator, reprend pour la première fois la bande originale "La chevauchée du capitaine Flam" sur une compilation intitulée Manga Story qu'il interprète également en duo dans un spectacle du même nom. Quelques extraits musicaux et vidéos sont à découvrir sur le site Minuit 10 Production. Les morceaux sont, quant à eux, téléchargeables en ligne sur le site ABS Belissima.

Le chanteur de rap Gamal rend hommage à sa façon à notre héros du petit écran en sortant un single nommé Capitaine Flamme disponible début 2006 dans les bacs. On peut écouter un extrait sur le site de l'artiste.


El regreso de los robots
Capitan Memo (Memo Aguirre)
Site officiel


Manga Story
Jean-Pierre Savelli

Minuit 10 Production

Capitaine Flamme
Gamal

Site officiel

Mars 2006 : sortie du premier des 2 coffrets de la nouvelle intégrale DVD éditée par Déclic Images. Il s'agit d'une collection "light" sans bonus en version française remasterisée qui ne propose qu'un seul voyage par DVD. Malheureusement, ce premier coffret a rapidement été retiré de la vente et la sortie du second coffret est fortement compromise en raison d'une procédure judiciaire lancée par Tôei Animation (pour une question d'acquisition de droits).

4 septembre 2006 : la sympathique équipe de Génération Manga de Radio Campus consacre son émission de rentrée à Capitaine Flam. Un grand merci à Eddy "Archangel" et ses joyeux compères d'avoir fait la promotion de mon site au cours de cette "spéciale" qui peut être écoutée en cliquant sur le lien suivant :

Ecouter : MP3
Emission radio spéciale "Capitaine Flam"
Pour écouter cet enregistrement vous devez posséder un lecteur MP3 de type Winamp.
Pour télécharger: clic droit + Enregistrer la cible sous...