Retour à la page d'accueil
Historique / Les années 50-60

Les années 50 clôturent la saga avec la publication des 7 nouvelles de Captain Future. Les années 60 voient les premières rééditions en livres de poche.

Avec les années 50, les histoires d'ovnis et d'extraterrestres reviennent à la mode aux Etats-Unis. La maison d'édition d'Edmond Hamilton l'exhorte alors à faire revivre son personnage. Les 7 histoires qui vont suivre (rééditées pour certaines d'entre-elles dans l'édition canadienne et britannique de Startling Stories) se déclineront cette fois-ci sous la forme de nouvelles courtes (et non plus de romans complets) et feront montre d'une réelle maturité littéraire. On apprendra plus tard par Carl-Olof Jonsson que si les scénarios avaient bien été imaginés par Edmond Hamilton, c'est son épouse Leigh Brackett, un auteur de science-fiction à succès (et entre autres scénariste du film "L'Empire contre-attaque") qui prit la plume pour les rédiger en son nom.

La dernière aventure de Captain Future
Birthplace of Creation, qui peut être considérée comme la suite de Quest beyond the Stars (Le Créateur Universel), est publiée en mai 1951.


 Janvier 1950
  The Return of CF

Mai 1950
  Children of the Sun

Septembre 1950
The Harpers of Titan

Mai 1951
Birthplace of Creation

Les années 50 et leur engouement pour l'espace vont enterrer la cohorte de super-héros patriotiques (c'est l'époque dite "âge sombre" des comics par opposition à l'âge d'or de la décennie précédente, liée à la période de guerre). Les éditions DC Comics doivent s'adapter à la tendance et demandent à Edmond Hamilton de créer un personnage inspiré de Captain Future : Chris KL-99 pour leur nouvelle publication orientée SF : Strange Adventures. Hamilton continue malgré tout d'écrire pour les "stars" de DC Comics : Batman et Superman (mais en les confrontant plus régulièrement à des menaces venues de l'espace). Dans le même temps, les éditions Youthful inventent un héros de l'espace également inspiré de Captain Future : Captain Science. Chris KL-99 et Captain Science figurent probablement ce qu'aurait pu être Captain Future transposé en comics.


Mai 1951
Annonce par l'éditeur de la fin de la saga Captain Future

(encart extrait de Birthplace of Creation)

1959

Children of the Sun
Terra n°545 - Moewig Verlag

Décembre 1950 : le Chili découvre Captain Future dans la revue hebdomadaire Aladino (éditions Apalo) au travers du récit Star Trail to Glory traduit sous le titre "El Misterio de las Naves Siderales" et publié sous la forme d'un feuilleton. On y retrouve les illustrations originales du pulp mais aussi des dessins inédits réalisés par un illustrateur chilien.

Juillet 1952 : le bulletin d'information Fantasy Times traitant de la littérature SF (rebaptisé par la suite SF Times) suspecte un projet de réédition annuelle des aventures de Captain Future : Captain Future Annual dans les colonnes de son n°13. Cette rumeur sera démentie en septembre 1952 dans le Fantasy Times n°18.

Août 1952 : alors que les fans se désespèrent du retour fort hypothétique de leur héros interplanétaire, Charles E. Fritch écrit dans Startling Stories un pastiche burlesque des aventures de Captain Future : Major Venture and the Missing Satellite. D'aucuns reconnaîtront sans doute les personnages parodiés : Major Venture et ses trois "Venturemen" : Ergo l'androïde, Crab le robot et "Simple Simon" ou bien encore Jane Crandall et le Marshall Abner Burney...

Après la Suède, Captain Future franchit à nouveau l'Atlantique et se fait connaître cette fois-ci auprès du public allemand. Le magazine de science-fiction Terra n°545 (Moewig Verlag) publie tout d'abord en 1959 un "Special Edmond Hamilton" dans lequel figure la nouvelle Children of the Sun traduite pour la première fois dans la langue de Goethe. Puis, à partir de 1961, 14 romans seront publiés dans les revues Utopia Grossband et Utopia Zukunftsroman avec des illustrations très différentes de celles du magazine américain. Le nom de Captain Future est traduit littéralement par Captain Zukunft.

De mars à novembre 1965, soit du numéro 17 au numéro 23 du fanzine suèdois SF Forum (édité par "The Scandinavian Society for Science Fiction"), Bengt-Olof Ringberg compulse les récits de Captain Future publiés dans la revue Jules Verne Magasinet (voir Ouvrage/Suède/Magazines).

Au Japon, dès 1966, un homme : Masahiro Noda entreprend pour les éditions Hayakawa la traduction intégrale des oeuvres de Edmond Hamilton. Elles apparaîtront progressivement dans la collection "Science Fiction Series" (3 romans) ainsi que dans leur magazine spécialisé : SF Magazine
.

En 1967, bien avant la réalisation du dessin animé, Toei produit une série live de 24 épisodes très librement adaptée de Captain Future : Captain Ultra (diffusée sur la chaîne TBS). On y retrouve quasiment tous les protagonistes ; Captain Ultra et ses "Ultramen", le robot Hack, l'humanoïde Joe et le Professeur Munamoto (qui n'est pas ici un cerveau vivant) sans oublier la belle Akane l'agent de la Police des Planètes et Kenji le jeune admirateur. Si ce feuilleton peut paraître aujourd'hui désuet avec ses costumes et effets spéciaux typiques des années 60, il connut un réel succès au Japon comme en témoignent les nombreux jouets et produits dérivés...


Joe, Akane, Captain Ultra, Kenji, Hack
Regarder : MP4
Générique de Captain Ultra (1967)
Pour le visionner
vous devez posséder un lecteur video de type Windows Media Player.
Pour télécharger: clic droit + Enregistrer la cible sous...

Joe, Hack, Pr. Munamoto

Captain Ultra et Akane

En juillet 1968, une adaptation pour enfants de Star Trail to Glory est publiée au Japon dans la collection SF Masterpiece Series (voir Ouvrage/Japon/Livres).

Aux Etats-Unis, entre 1967 et 1968, les éditions Popular Library fondées par Leo Margulies et Ned Pines, ex-propriétaire des "Thrilling Publications" (Better Publications / Standard Magazines) et "Nedor Comics" (Exciting Comics, Startling Comics, etc..) impriment 13 romans en livres de poche (dont 3 sous un titre différent) ainsi qu'une nouvelle :
The Harpers of Titan en complément du roman Dr. Cyclops.


Allemagne 
 The Triumph of Captain Future

 Japon 
  Star Trail to Glory

Japon
Captain Future and the
Seven Space Stones

USA
Captain Future and the
Space Emperor

En 1967, l'américain Robert Jennings écrit "Captain Future : Man of Tomorrow". Le premier dossier (44 pages) entièrement consacré à l'aventurier de l'espace, publié dans le fanzine de Science-Fiction Fadaway, aujourd'hui introuvable !

En 1968, en Suède, on trouve dans le fanzine SF Forum deux articles de Bengt-Olof Ringberg. Puis un autre fanzine, Future Fan, cette fois-ci entièrement dédié à Captain Future
(créé par Bengt-Olof Ringberg, qui a également fondé un an auparavant "The Captain Future Society") diffuse dès l'été 1968 (jusqu'en 1971) de nombreuses chroniques, rédigées notamment par Bengt-Olof Ringberg, Bo Stenfors et Bertil Falk.

En janvier 1969, le fanzine américain Nargothrond n°3 propose un dossier de 10 pages sur la série Captain Future, écrit par Rick Brooks.

La réédition des romans de Captain Future en livres de poche chez Popular Library vont aussi faire l'objet de critiques littéraires dans les revues spécialisées, tout d'abord Quest Beyond the Stars est commenté dans le fanzine Luna Monthly n°1 en juin 1969 (par David Paskow) puis dans le magazine Venture Science Fiction en août 1969 (par Ron Goulart). On découvre ensuite un article sur Oultaw World dans Worlds of If en octobre 1969 (écrit par Lester del Rey).